pyomètre ou métrite

En définition, ça peut tjs servir.... La métrite On parle de métrite dans le cas d’infection de l’utérus d’origine bactérienne. La métrite aigüe se retrouve classiquement chez les femelles ayant subi une mise bas difficile, longue ou lors de rétention placentaire. La symptomatologie d’une métrite aigüe post partum est rapidement alarmante : les pertes vulvaires sont souvent nauséabondes ou hémorragiques. Le tableau clinique est dominé par une hyperthermie, un abattement extrême (avec bien souvent désintéressement total de la portée) et une anorexie, pouvant évoluer en quelques jours vers le décès. Un traitement antibiotique général sous surveillance vétérinaire doit être mis en place très rapidement. Le pyomètre Le pyomètre correspond à l’accumulation de pus dans l’utérus. On pourrait le confondre avec la métrite, mais l’origine de cette maladie est complètement différente. Le pyomètre commence en effet par un stade « d’hyperplasie glandulokystique », c’est-à-dire un développement important des glandes de l’utérus, qui conduit à des sécretions abondantes et anormales. L’apparition de cette hyperplasie est principalement sous dépendance hormonale. Cette maladie concernera donc préférentiellement des femelles agées ou ayant pris des contraceptifs. Ces sécretions s’accumulent dans l’utérus, avec parfois des pertes à la vulve, si le col est ouvert. Secondairement, ces sécretions sont contaminées par des bactéries qui se multiplient. On peut constater une distention de l’abdomen (faisant parfois croire que la femelle est pleine !). La prise de boisson est augmentée : on parle de « polydypsie ». Sans diagnostic à ce stade, l’état de la femelle évolue vers une baisse de l’état général, une anorexie, et une insuffisance rénale.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×